Trucs de filles
Coucou ! Tu viens d'atterrir sur Trucs de Filles, un forum rien que pour les filles ! Si tu veux t'inscrire, clique sur "S'enregistrer". Remplis les champs. Ça y est, t'es inscrite ! Une fois que c'est fait, va lire les règles dans "A lire absolument", puis, va te présenter dans "Présentations". Attention, la présentation est OBLIGATOIRE.
En espérant te revoir souvent ici, je te souhaite de bien t'amuser !

Vos poésies préférées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vos poésies préférées

Message par Oasis le Sam 27 Mar - 21:24

Moi la mienne, c'est celle-là, de Jules Supervielle :

Je caresse la mappemonde
Jusqu'à ce que sous mes longs doigts
Naissent des montagnes, des bois,
Et je me mouille en eau profonde
Des fleuves, et je fonce avec eux
Dans l'océan vertigineux
Débordant de partout mes yeux
Dans la fougue d'un autre monde.

♫-♪-♫-♪-♫-♪-♫-♪-♫-♪-♫-♪-♫-♪-♫-♪-♫-♪-♫
[Oasis]
[Modératrice du Forum]


Be sure to wear some flowers in your hair ∞

Across The Universe

ROMA!

IMTA

Oasis
Admin

Féminin Gémeaux Cochon
Messages : 569
Date d'inscription : 10/12/2009
Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos poésies préférées

Message par meli=melo31 le Dim 28 Mar - 15:36

c'est trés beau . Smile

meli=melo31

Féminin Sagittaire Cochon
Messages : 47
Date d'inscription : 07/03/2010
Age : 21
Localisation : Toulouse
Emploi/loisirs : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos poésies préférées

Message par Clemmy44 le Mer 12 Jan - 13:50

Amoureux des mots ?

Élixirs Amers mon Amour

J'ai reçu une flèche au cœur
Empoisonnée par tant de heurts
Hémorragies de mes rancœurs

Qu'aucun garrots n'a pu soigner
Mon sang coule dans vos croisées
l'exergue de cette destinée !!!

Vous les regrets, moi sans florès
Car boire l'amer de la détresse
Me saoule a en mourir de tristesse

Vous étiez ma vie, mon ex-voto
Vous étiez ma symphonie mon concerto
Vous étiez ma scansion sur un tango

Depuis longtemps, brûlée est ma vie
Incandescent fatum,une hérésie
Infâme douleur au cœur meurtrit

Je vous raconte, et c'est comme ça
La réponse.....vous parviendra ?
Peut-être ici ?, dans l'au-de-là ?!!!

Sélénaé

Clemmy44

Féminin Lion Tigre
Messages : 268
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 18
Localisation : loire-atlantique Pornic 44 La plage quoi !
Emploi/loisirs : Roller/ Rigoler =P
Humeur : Geek à plus finir...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.ma-bimbo.com/user/parrain.php?userId=11326080

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos poésies préférées

Message par Luna le Mar 28 Juin - 21:17

Oula ! J'en ai beaucoup oO

Déjà, j'aime beaucoup Baudelaire, surtout Une Charogne :
Spoiler:

Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux:
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l'herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague
Ou s'élançait en pétillant
On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une ébauche lente à venir
Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d'un oeil fâché,
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait lâché.

- Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion!

Oui! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Apres les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposés!


Louis Aragon aussi, avec Les Yeux d'Elsa :


Spoiler:
Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire

À l'ombre des oiseaux c'est l'océan troublé
Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
L'été taille la nue au tablier des anges
Le ciel n'est jamais bleu comme il l'est sur les blés

Les vents chassent en vain les chagrins de l'azur
Tes yeux plus clairs que lui lorsqu'une larme y luit
Tes yeux rendent jaloux le ciel d'après la pluie
Le verre n'est jamais si bleu qu'à sa brisure

Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée
Sept glaives ont percé le prisme des couleurs
Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs
L'iris troué de noir plus bleu d'être endeuillé

Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche
Par où se reproduit le miracle des Rois
Lorsque le coeur battant ils virent tous les trois
Le manteau de Marie accroché dans la crèche

Une bouche suffit au mois de Mai des mots
Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
Trop peu d'un firmament pour des millions d'astres
Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux

L'enfant accaparé par les belles images
Écarquille les siens moins démesurément
Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens
On dirait que l'averse ouvre des fleurs sauvages

Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où
Des insectes défont leurs amours violentes
Je suis pris au filet des étoiles filantes
Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d'août

J'ai retiré ce radium de la pechblende
Et j'ai brûlé mes doigts à ce feu défendu
Ô paradis cent fois retrouvé reperdu
Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes

Il advint qu'un beau soir l'univers se brisa
Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent
Moi je voyais briller au-dessus de la mer
Les yeux d'Elsa les yeux d'Elsa les yeux d'Elsa


et d'autres que je mettrais plus tard !

Luna

Féminin Lion Buffle
Messages : 761
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 19
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Emploi/loisirs : Collégienne dans une merveilleuse école trop belle avec des profs gentils et des pions adorables et des murs roses. Non, je plaisante. Sauf pour les murs roses, ce qui est pire encore.
Humeur : Plutôt pas mal

Voir le profil de l'utilisateur http://bleuecommeuneorange.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos poésies préférées

Message par M la nymphe le Ven 12 Aoû - 15:22

Nous n'apprenons pas beaucoup de poésie ou de poèmes au collège,
bien que pendant mes années de primaire, j'en ai appris !
Mais, j'apprécie les fables de La Fontaine !
Tout particulièrement Le loup et la cigogne.

M la nymphe

Féminin Poissons Chat
Messages : 1396
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 17
Localisation : мα∂є ιη ƒяαηcє
Emploi/loisirs : ℓуcє́єηηє
Humeur : נσуєυѕє

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos poésies préférées

Message par Luna le Ven 12 Aoû - 19:30

J'aime beaucoup les poèmes d'Alphonse de Lamartine, surtout L'Isolement :

Spoiler:
Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,
Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;
Je promène au hasard mes regards sur la plaine,
Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.

Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes ;
Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur ;
Là le lac immobile étend ses eaux dormantes
Où l'étoile du soir se lève dans l'azur.

Au sommet de ces monts couronnés de bois sombres,
Le crépuscule encor jette un dernier rayon ;
Et le char vaporeux de la reine des ombres
Monte, et blanchit déjà les bords de l'horizon.

Cependant, s'élançant de la flèche gothique,
Un son religieux se répand dans les airs :
Le voyageur s'arrête, et la cloche rustique
Aux derniers bruits du jour mêle de saints concerts.

Mais à ces doux tableaux mon âme indifférente
N'éprouve devant eux ni charme ni transports ;
Je contemple la terre ainsi qu'une ombre errante
Le soleil des vivants n'échauffe plus les morts.

De colline en colline en vain portant ma vue,
Du sud à l'aquilon, de l'aurore au couchant,
Je parcours tous les points de l'immense étendue,
Et je dis : " Nulle part le bonheur ne m'attend. "

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !

Que le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En un ciel sombre ou pur qu'il se couche ou se lève,
Qu'importe le soleil ? je n'attends rien des jours.

Quand je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
Mes yeux verraient partout le vide et les déserts :
Je ne désire rien de tout ce qu'il éclaire;
Je ne demande rien à l'immense univers.

Mais peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
Lieux où le vrai soleil éclaire d'autres cieux,
Si je pouvais laisser ma dépouille à la terre,
Ce que j'ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux !

Là, je m'enivrerais à la source où j'aspire ;
Là, je retrouverais et l'espoir et l'amour,
Et ce bien idéal que toute âme désire,
Et qui n'a pas de nom au terrestre séjour !

Que ne puîs-je, porté sur le char de l'Aurore,
Vague objet de mes voeux, m'élancer jusqu'à toi !
Sur la terre d'exil pourquoi resté-je encore ?
Il n'est rien de commun entre la terre et moi.

Quand là feuille des bois tombe dans la prairie,
Le vent du soir s'élève et l'arrache aux vallons ;
Et moi, je suis semblable à la feuille flétrie :
Emportez-moi comme elle, orageux aquilons !

et aussi Le Lac :

Spoiler:
Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter l’ancre un seul jour ?

Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s’asseoir !

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
Laissa tomber ces mots :

« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

« Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

« Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

« Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! »

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu’il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !

Luna

Féminin Lion Buffle
Messages : 761
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 19
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Emploi/loisirs : Collégienne dans une merveilleuse école trop belle avec des profs gentils et des pions adorables et des murs roses. Non, je plaisante. Sauf pour les murs roses, ce qui est pire encore.
Humeur : Plutôt pas mal

Voir le profil de l'utilisateur http://bleuecommeuneorange.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos poésies préférées

Message par Krikri le Mer 14 Aoû - 18:36

j'aime bien celle ci

Victor HUGO - Demain, dès l'aube...

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Krikri

Féminin Scorpion Cochon
Messages : 604
Date d'inscription : 17/05/2012
Age : 21
Localisation : Doubs
Emploi/loisirs : Lire, écrire, écouter de la musique, m'occuper d'enfants, être avec les personnes que j'aime...
Humeur : Aux anges :)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos poésies préférées

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum